La politique de l’autruche ou comment passer à côté de sa vie

Une lectrice m’a récemment contacté en me demandant de l’aide quant à son problème. Son principal problème est qu’elle fait l’autruche dès qu’il se présente un problème ou un conflit, par peur. Elle n’ose plus ouvrir ses emails lorsqu’elle a un conflit, parce que la situation est terrifiante.

Elle me demande donc quelques pistes, et je me suis dit, qu’il serait intéressant de les partager avec vous.

En lisant son mail, je constate qu’elle a un problème très courant : le manque de confiance en soi. Ce manque de confiance lui gâche la vie pour certaines tâches, et l’empêche de se sentir bien lorsqu’elle est confrontée à ce genre de situation. Mon premier conseil serait donc de lui dire de prendre confiance en elle. J’ai écrit quelques articles à ce sujet que vous pourrez trouver dans la catégorie Confiance en Soi.

La base de la confiance, c’est l’estime de soi. L’estime et la confiance sont 2 éléments du Moi bien distincts, mais très liés. Car comme je le disais, l’Estime de soi constitue la base de la confiance en soi. Si on ne s’aime pas, si on ne se connait pas, alors on ne s’affirme pas, on n’ose pas, on a peur et on ne fait rien. C’est exactement le problème de cette lectrice : elle n’ose pas s’affirmer lorsque le conflit arrive. Du coup elle n’affronte pas ses opposants, elle choisi la fuite, sauf que ça lui gâche la vie. Elle ne se sent pas bien lorsqu’elle fuit.

Étape 1. Soyez (fier de) vous !

Vous n’êtes pas plus bête que les autres. Vous êtes comme tout le monde, vous avez besoin de manger, de dormir, d’aller aux toilettes. Eux sont pareils. Cessez de les mettre sur un piédestal et de vous rabaisser. Soyez enfin fier de vous. Même si vous êtes timide, vous avez vos qualités, et elles sont nombreuses, ne vous sous-estimez pas. Il arrive un conflit ? Très bien, on se calme, et on voit comment résoudre ses problèmes.

Étape 2. Enlevez la violence de vos propos

Des fois, quand on parle, on est violent. Et la conversation s’envenime. Chacun monte un petit peu le ton, de façon à ce que la fin de la conversation soit extrêmement blessante. Si, lorsque l’on est confronté à un conflit, on continue à parler avec calme, politesse, et surtout de manière non violente, alors l’autre ne s’énerve pas, et le conflit se résout dans le calme et surtout sans énervement. Pour parler sans violence, évitez tous les jugements sur le comportement de la personne. Mieux encore, ne lui reprochez pas directement ce que vous lui reprochez. Tournez le par rapport à vous, à votre ressenti, aux autres. Mais faites-lui sentir qu’il n’est pas fautif … tout en lui disant ce qui ne va pas.

Par exemple, votre chef n’a pas fait son travail correctement. Pour le lui dire, calmez-vous avant d’aller le voir, et dites lui : “Il y a un problème pour la commande M0045, je suis bloqué parce que le formulaire a mal été rempli, vous pourriez m’aider pour voir ce qui ne va pas ?” plutôt que “tu as mal rempli le formulaire !!!”.

Étape3. Relativisez !

Lorsque vous devez être confronté à une situation embarrassante, dites-vous les choses suivantes :

1/ Ce n’est pas forcément de votre faute
2/ Quelle est la pire situation qui puisse vous arriver (réponse : quasiment rien) ?
3/ Que va-t-il se passer de négatif si tu vous faites l’autruche ? (réponse : vous allez ruminer, y penser, vous sentir mal)
4/ Que va-t-il se passer de positif si vous agissez ? En général, ça veut dire que vous résoudrez vos problèmes même si vous passez par un moment dur, après ça ira mieux, et cela vous évitera de ressasser tout ça. Résultat : une sensation de mieux.

Répondez à cette question dans les commentaires : vous arrive-t-il de faire l’autruche ? Comment faites-vous pour continuer à avancer ?