Nous sommes en dette écologique

Depuis le 20 août, nous sommes en dette écologique. Cela veut dire que nous avons consommé toutes les ressources que nous pouvions produire en une année.

liberationDonc nous nous attaquons aux “réserves” de la Terre, déjà présentes. C’est assez fou, nous puisons dans les réserves sans même nous soucier du lendemain. Un jour, nous n’aurons plus de ressources, mais ça, nous n’en avons rien à cirer car nous ne seront plus là pour le voir. Le but : faire le maximum d’argent, coûte que coûte. Et peu importe ce que l’on lègue à nos générations suivantes.

En 1980, le jour où nous avons atteint cette dette écologique était le 8 novembre. Maintenant, c’est au mois d’août. Bientôt, ça sera au mois de janvier. Parce que nous consommons de plus en plus.

La France, consomme 1,6 fois ce qu’elle peut produire en une année. Mais nous ne sommes pas les pire : le Japon, lui c’est 7,1 fois ce qu’il peut produire, le Quatar, 5,7 fois. Alors que ces ratios devraient tous être de 1 maximum.

Nous consommons de plus en plus, mais sans trop nous soucier de la planète qui un jour n’aura plus rien. Et la vie ne sera plus possible. Ce n’est pas une guerre qui va éteindre l’espèce humaine, ni même une météorite. Non, c’est l’espèce humaine elle-même qui va créer sa propre fin. En consommant tout sans même voir plus loin que le bout de son nez.

Voici ce que nous pourrions faire pour améliorer notre sort :

– manger moins de viande : la viande coûte cher à l’environnement à entretenir, oui, il faut bien nourrir les bêtes avant de les tuer pour les manger.

– manger moins et mieux : de manière générale, nous mangeons trop. Et nous sommes de plus en plus sur la Terre (prévisions de 9,1 milliards en 2050). La solution, serait donc de manger moins, parce qu’à l’heure actuelle, nous mangeons en trop grande quantité.

– consommer moins d’énergie : nous consommons beaucoup trop d’énergie aussi

– consommer moins d’eau : le gaspillage d’eau est omniprésent

– il y a certainement d’autres choses… vous en voyez ?

Nous devons penser à notre futur, et à celui de nos générations futures !

Je pense de plus en plus à déconsommer. Avec la société actuelle, nous sommes “forcés” de consommer de plus en plus. Parce que tout le monde consomme, et donc cela nous donne l’envie. Mais aussi parce que les stratégies marketing des grosses boîtes sont rodées, et fonctionnent bien et que l’on voit ça de partout. Pourtant il est possible de faire en sorte de consommer moins.

Je me renseigne, de ci, de là, pour diminuer ma consommation, dans 2 buts principaux :

– réduire mon empreinte énergétique

simplifier ma vie

Parce qu’avec tous les abonnements, tous les trucs pour se simplifier la vie, etc… on finit par avoir une vie très compliquée. Je met donc des choses de côté, j’apprends à mieux consommer, je fais attention à ne pas me faire rattraper par la sur-consommation… Comme pour tout, cependant, il faut avoir un équilibre : il ne s’agit pas de plus rien consommer. Il s’agit de “mieux” consommer, et surtout d’enlever le superflu, l’inutile. Tous ces abonnements sont-ils vraiment utiles ? Quand j’achète quelque chose, est-ce vraiment utile ? Combien d’objets inutiles ai-je ?

Si vous aimez le cinéma, comme moi, le but ce n’est pas de ne plus aller au cinéma. Bien au contraire ! Ni d’aller chercher de l’eau au puits !

Il faut aussi savoir profiter des évolutions. Mais par contre, on peut commencer par installer quelques petits trucs qui nous font économiser 40% d’eau, ou encore d’électricité. On peut revoir sa façon de se chauffer, de s’isoler. On peut faire une revue de tous les objets que l’on possède pour voir lesquels sont utiles.

On peut réduire sa consommation de viande de 50%, et manger des choses non transformées. Je vous ferai plus d’articles concernant la simplification dans les prochains mois, parce que je m’y intéresse de plus en plus. Il s’agit de faire et avoir les choses que l’on choisi vraiment.

Source : LeMonde.fr