Etes-vous une brindille ?

J’ai des amis, ce sont des brindilles. Qu’est-ce que j’entends par brindille ? Non ils ne sont pas maigres. Ils se laissent porter par le vent. Et vous est-ce que vous vous laissez porter par le vent ?

J’entends par là, qu’ils n’ont aucun projet de vie, aucun objectif. Ils ont bien des envies, mais tellement loins et peu concrêtes qu’ils n’agissent pas. Pire encore, ils ont des envies, mais choisissent la facilité et prennent l’option qui leur coûte le moins d’effort, plutôt que de se bouger pour avoir la situation dont ils rêvent.

C’est tellement dommage. J’appelle ça du gâchis.

Si vous avez des rêves, vous ne devez pas les laisser filer. Mais avant tout ça, si vous avez des envies quelconques alors ne les laissez pas filer. On commence comme ça et on finit par passer complètement à côté de sa vie. Ne vous laissez pas porter par le vent. Vous n’êtes pas une brindille. Considérez vous plutôt comme le chêne de 500 ans juste à côté.

Si vous avez décidé de quelque chose pour votre vie, alors allez-y. Donnez-vous à fond, et faites-le. Ayez des projets, dressez une liste des choses que vous voule faire, être et avoir dans votre vie. Et allez-y.

J’ai un ami qui voulait faire une formation, il me disait que ça serait génial. Finalement une autre formation l’a accepté, et il y est allé par défaut. Plutôt que de tout faire pour aller dans celle qu’il voulait. Et il fait pareil pour toutes les options de sa vie, il va faire les sports que les autres aiment et pas lui car on lui propose, etc… Certains conseillent d’avoir aucun plan B. De ce fait vous vous obligez à réussir. Je suis mitigé. J’aime bien savoir que j’ai un plan B si je devais me planter. Et tout le monde se plante, c’est normal, et ça permet d’apprendre.

Je vous recommande plutôt d’être autodiscipliné, et de tout faire pour aller jusqu’au bout de votre plan A. Comme si votre vie en dépendait. C’est vrai que des fois, on a un plan B, et donc on se donne pas à fond dans le plan A. NON. Il faut tout faire, du moins si vous voulez réussir. Mais si vous échouez, et que vous n’avez plus de possibilité, alors prenez le plan B. Quite à revenir sur le plan A par la suite si vous avez une occasion.

Un exemple : quand j’ai décidé de m’expatrier, j’ai voulu trouver un emploi à Londres dans le webmarketing. Tout simplement parce que j’adore ça, que je suis mieux payé qu’un barman, et que mes conditions de travail sont nettement mieux. Bref, je savais ce que je voulais, je n’avais plus qu’à tout faire pour y arriver. Et j’y suis arrivé, car j’ai mis les moyens qu’il fallait.

Mais j’aurais pu échouer. J’en étais pas loin d’ailleurs. A quelques semaines près, j’étais obligé de prendre un travail “plus classique”, où j’aurais moins de mal à me faire embaucher, histoire de gagner de l’argent. Et oui j’avais un loyer à payer, et mes comptes étaient presque vides. Si j’avais dû faire ça, je n’aurais certainement pas abandonné la recherche dans le webmarketing, ça aurait juste pris plus de temps. J’aurais fait des entretiens mes jours de congé, continué à envoyer des CV.

Si vous voyez que ça bloque, essayez de devenir créatif. Mais ne choisissez pas l’option par défaut. Soyez motivés dans tous vos projets. Je parle bien entendu d’une décision de VOTRE vie, pas forcément une décision de groupe.