Comment réaliser à la LETTRE ce qu’on prévois dans son programme ?

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais j’ai pas mal bossé ces dernières semaines pour mettre en place un nouveau design sur le blog.

Pour ceux qui ne l’ont pas reçu, j’ai envoyé un mail avec une ressource gratuite : il s’agit d’une formation audio sur les “4 clés pour prendre confiance en soi”.

Ouais, mais le problème, c’est que mon serveur ne peut pas lire ce genre de MP3. Donc, je vais faire autrement, je vous le met directement dans cet article !

Clic droit > enregistrer sous / télécharger le fichier sur ce lien

Autre chose, j’ai eu une question d’un lecteur, qui me dit : “je n’arrive pas à réaliser à la lettre ce que j’ai prévu dans mon programme”. Voici donc quelques solutions / réponses à ce petit problème.

1. Est-ce GRAVE de ne pas tout réaliser à la lettre ?

Je crois qu’on est de plus en plus entrainés à penser performance, et résultats. On tend de plus en plus à penser généralement qu’aux résultats et à la performance.

Au travail on nous en demande de plus en plus. Les publicités à la TV ne nous montrent que les résultats de ouf sans compter que beaucoup sont biaisés.

On veut ressembler à un athlète, alors qu’on a un boulot à temps plein.

Et le principal problème que je vois là, c’est qu’on CULPABILISE, on se FRUSTRE à mort car on se dit “oh non mince, je n’ai pas fait mes 7 pompes aujourd’hui, il me reste encore mes 12 abdos à faire, aller chercher mes enfants, et entre les 2, j’aurai 7 minutes pour ranger mes courses.”

Relâchez du lest …

Est-ce que vous croyez que je réalise mon programme à la lettre ? NON ! Et je m’en porte pas plus mal !

A force de vous culpabiliser, vous perdez confiance en vous. Et si vous perdez confiance, vous perdez votre capital action. C’est un engrenage sournois.

Lâchez la pression, est-ce vraiment grave si vous ne faites pas tout ?

2. Apprendre à mieux s’organiser

Effectivement, après avoir accepté un peu le fait qu’on est humain et pas parfaits, on peut aller de l’avant. Car l’idée, ce n’est pas non plus de ne plus rien faire, et de rester au point mort. L’idée c’est de se déculpabiliser.

Quand on planifie ses objectifs, il faut mettre des actions en face. On est d’accords.

Maintenant, ce qui est important, c’est de mettre une liste “à faire absolument” et une liste “à faire éventuellement”. Dans la liste “a faire absolument”, on met 1 ou 2 actions pour la journée.

Par exemple, moi dans cette liste, pour aujourd’hui, j’ai écrire cet article et le partager à mes abonnés. C’est tout.

Dans la liste “à faire éventuellement” on met la TODO classique des choses qu’il faut faire. Mais qui ne sont pas graves si on ne les fait pas. Qu’on pourra mettre dans la liste “à faire absolument” plus tard s’il le faut.

Avec cette technique, on s’enlève un max de pression. Bah oui, faire une action, au final ça devient plus facile.

Et on fait la liste “à faire éventuellement” après. Si on ne la finit pas, tant pis (tant mieux même). Si on n’avance pas dans cette liste, ce n’est pas grave. C’est éventuel. Au moins on a avancé sur le plus important.

Si on avance la liste “à faire éventuellement” on se sent super fort(e). On se sent comme un super-héros. Et du coup, on a envie d’en faire encore plus.

On obtient un double résultat : on est plus motivé, et on se déculpabilise. Cocktail explosif.

3. Créer ses objectifs de vie

Alors bien entendu, il faut au préalable avoir défini ses objectifs, correctement, et des objectifs qui nous correspondent. C’est le meilleur moyen d’avoir de l’autodiscipline.

Je ne vais pas refaire mon cours “Atteindre ses objectifs” (cliquez ici si vous voulez jeter un oeil), mais je veux quand même préciser une chose importante.

Si votre objectif n’a aucune valeur à vos yeux, si vous ne faites pas ça pour vous mais pour quelque chose d’extérieur, vous aurez énormément de mal à ne pas flancher.

Votre objectif doit être concret, et vous apporter un résultat palpable. Et vous devez vous trouver au moins 20 raisons pour quoi vous voulez l’atteindre. Sinon c’est un truc que vous faites comme ça.

Et on ne fixe pas un objectif à la légère. Il faut vraiment être prêt à s’engager. A se donner à fond. Pas le dire juste comme ça.

Il ne faut pas le faire juste “parce que c’est cool”. Je ne crois pas que Nadal se soit un jour dit “c’est cool d’être champion de Tennis, il faut que je fasse ça”. Cela vient d’un profond désir d’atteindre cet objectif.

4. Baby steps

Le problème de la plupart du monde, c’est qu’on veut aller trop vite. Faute à tous ces publicitaires qui nous font miroiter des résultats rapides. Y a encore une pub à la TV : maigrissez en 7 jours, juste en appliquant une crème.

Mais le vrai changement, le changement profond, c’est celui qui joue sur nos habitudes, et qui se fait à pas de bébés.

Bordel, le meilleur conseil que je vais jamais vous donner c’est d’aller à votre rythme !

Mais on veut devenir champion de natation, directeur commercial, parent, meilleur ami, super healthy en même temps, et le tout en moins d’un an. WTF ???

Toute réussite prend du temps. Concentrez-vous sur un objectif, et faites des pas de bébés. A votre rythme.

C’est hyper important de mesurer votre progression oui, mais une progression lente et régulière. Sinon c’est le meilleur moyen pour se brûler les ailes.

Donc ça passe par changer ses comportements. Vous voulez mincir ? Changez vos comportements alimentaires. Vous voulez vous muscler ? Prenez l’habitude de faire des tractions.

Et prendre une bonne habitude, c’est le meilleur moyen pour ça. Parce qu’une fois en place, ça ne prend pas de volonté. Pas d’énergie. C’est mécanique. Et ça ne prend pas 21 jours, c’est un mythe énorme. Ca peut être plus, ou moins.

C’est quelque chose que j’explique dans mon cours “Comment prendre de bonnes habitudes“, si vous voulez vraiment faire des changements et que ce que je viens de dire fait écho en vous, alors ce cours va vous plaire, j’en suis certain.